La colère a été très vive ce samedi matin à la gare routière de Ziguinchor. Tout est parti de l’augmentation de 100 francs CFA sur les prix des transports.

En effet, les responsables de la gare routière de Ziguinchor ont décidé de moderniser le secteur du transport. Cette modernisation passe par l’informatisation des billets de vente dans tous les guichets. C’est d’ailleurs ce qui explique l’implantation de nouvelles caisses dans l’enceinte de la gare. “Vous savez, nous avons toujours travaillé dans l’amateurisme et aujourd’hui nous nous dit qu’il faut un changement. Il faut qu’on passe à une nouvelle étape, c’est à dire modernisé notre service”, a expliqué Thiamas, le porte parole du président Papis Touré. Notre interlocuteur de poursuivre en ces termes: “Ce programme vise à assurer la sécurité des chauffeurs et de tous leurs passagers. Tous les clients vont être fichiers avec toutes leurs filiations. Ceci nous permettra, en cas d’accident, de saisie de drogue entre autre, qu’on identifie facilement l’auteur ou le dealer. Voilà pourquoi nous avons augmenté ce forfait de 100 francs CFA pour l’entretien de notre matériel”.

Cette augmentation de 100 francs CFA sur le prix du transport n’a pas été du goût des chauffeurs. Ils ont bloqué l’entrée de la gare routière pour exiger le retrait des 100 francs sur le prix que les clients paient déjà. “Nous n’allons jamais accepté une telle forfaiture. Il n’y a pas de hausse du prix du carburant alors on ne voit pas pourquoi ils veulent augmenter le prix du transport”, ont dénoncé des chauffeurs.

Informées de la situation très tendue à la gare routière de Ziguinchor, le préfet a dépêché sur les lieux la police pour faire régné le calme. Toujours dans le sciage de trouver une issue heureuse à cette affaire en cette veille de fête de Tabaski, le président de la gare routière de Ziguinchor et certains de ses collaborateurs ont été convoqués en réunion d’urgence à la préfecture.