Des hauts Magistrats corrompus en Casamance ?

Cette lettre ouverte d’un professeur de français spolié de son immeuble par le crédit mutuel avec l’aide de magistrats corrompus en dit long sur le système judiciaire du Sénégal…Voici le contenu intégral de la lettre du professeur Ibrahima Sané.

On assiste aujourd’hui à un comportement manifestement outrancier de Hauts Magistrats se mettant au dessus de l’Exécutif et du législatif et de toutes les règles de droit de déontologie et de procédure reconnues. Cela a rompu toutes les formes d’équilibre pour un meilleur traitement des Affaires.
C’est un secret de polichinelle de dire que quand une Banque se présente dans un procès le Droit en sort par la fenêtre. Dans l’affaire d’adjudication qui m’oppose au C.M.S, à l’huissier de justice, rendu par le Tribunal régional de Kolda, le premier Président de la cours suprême et le premier président de la cour d’appel de Ziguinchor se sont érigés en bouclier contre l’expression du droit et de la vérité. Cette attitude inacceptable finira par éclabousser ce qui reste de l’honorabilité de la justice.

Monsieur le Garde des Sceaux

le Crédit mutuel du Sénégal a conçu un plan machiavélique  pour spolier les braves  populations de leurs biens, en toute impunité.
Voilà sommairement exposée la stratégie :
Le C.M.S m’a prêté 10 Millions payables d’après l’échéancier de crédit en 12 Mensualités de 916800. Soit une somme exigible de 11 millions 600f. Quelques semaines après le C.M.S exige la signature d’un contrat de Nantissement qui est une garantie supplémentaire, sur un montant  de 12Millions 647000f.
Dès lors, dans la mesure où j’ai payé le principal du prêt c’est a dire 10 millions, le C.M.S ne saurait vous dire le montant de la somme pour laquelle mon immeuble a été vendu.car selon l’échéancier de crédit je dois 1 million 600.000f et d’après le contrat de Nantissement 2  millions 647000.
Étant entendu que le C.M.S m’a fait des prêts antérieurs, selon la même technique frauduleuse, prêts totalement soldés, c’est le crédit Mutuel qui me doit  objectivement des millions et non le contraire. C’est la raison pour laquelle le C.M.S a mis sur la table le prix qu’il faut pour mettre fin à toute tentative de rétablissement du Droit. C’est dans ce registre qu’un jeune magistrat dit à ses collègues : j’ai eu  raison sur toute la ligne mais je  ne gagnerai jamais car c’est avec les retombées de ce dossier qu’il compte achever la construction de son immeuble au quartier Kounoune. Ce comportement  pathologique de la part d’un fonctionnaire assermenté et payé sur le dos du contribuable,  fera bouger le juge Keba Mbaye dans sa tombe.
Faut-il préciser que mon immeuble a été vendu à 3 Millions à l’huissier Instrumentaire maître El Hadj Diouf Sarr. Celui-ci pour accomplir son forfait, après m’avoir envoyé un commandement valant saisie réelle par lettre recommandée via la poste de Niary Tally, déclarait par la suite   que j’avais disparu dans la nature, afin que je ne sois pas au courant de la vente aux criés.

Monsieur le Garde des Sceaux

Devant le refus acharné des autorités compétentes de me livrer les copies du plumitif du jour et celle du cahier des Charges pour l’ouverture d’une nouvelle procédure à la Cour Suprême, je vous suggère d’ordonner la réouverture du dossier au niveau du tribunal de Grande instance de Kolda.
Cela constituerait une porte de sortie honorable à nos honorables Magistrats.
Excellence, Monsieur le garde des sceaux veuillez agréer l’expression de ma haute considération.
ps.je vous mettrai au courant prochainement d’un plan criminel mis au point en haut lieu pour faire passer  ma vie à trépas.

Signé par  M. Ibrahima Sané
Professeur de français au collège Yalla Suur En
Chers compatriotes veuillez partager cette lettre car personne n’est à l’abri de ce totalitarisme judiciaire naissant.