Robert SAGNA s’est adressé ce samedi aux populations du village de Balonguine, dans le département de Bignona. En voulant leur rappeler une réalité sociologique dissimulée sous la peur des représailles dans une région en conflit, Robert Sagna révèle : « la Casamance n’est pas une propriété exclusive des « Ajamaat » (les Diolas). 

«La Casamance n’est pas une propriété exclusive des Ajamat». Au contraire, pour Robert SAGNA, la Casamance, c’est de Vélingara à Diogué avec plusieurs autres sociocultures comme les Mandingues, les Peulhs, les Balantes etc. L’ancien maire de Ziguinchor rappelle donc aux siens qu’une seule ethnie ne peut pas s’arroger le droit de parler ou de revendiquer quelque chose au nom de tout le monde. Le président du Groupe de réflexion pour la paix en Casamance (GRPC) fait remarquer pour s’en désoler le caractère éthniciste de la rébellion. «Je me suis rendu dans le maquis mais, je n’y ai trouvé que des  ‘ Ajamat’», regrette-t-il dans les colonnes de Walfadjiri. «Certes les Diolas sont plus nombreux en Casamance, mais, nous sommes largement minoritaires si on met les autres ensemble».