Suite à un article paru ce lundi sur les réseaux sociaux accusant le maire, Mamadou Lamine Kéita d’avoir privé à sa jeunesse de subventions pendant cinq (05) ans, la réplique ne s’est pas faite attendre du côté de la mairie. A travers un communiqué reçu dans la rédaction de bignononainfo.net, le président de la commission jeunesse et sports du conseil municipal de Bignona corrige tout en apportant des éclaircissements sur la question.

Nous vous proposons l’intégralité du communiqué. “En ma qualité de président de la commission jeunesse et sport du conseil municipal de Bignona, je voudrais, sans esprit polémiste, faire un certain nombre de précisions. D’abord, monsieur Bodian semble ignorer tout ce qui est lié à la gestion d’une collectivité locale, la provenance des ressources ainsi que leur destination. Tout le monde connaît mon engagement pour le mouvement navetane et ma détermination à lui assurer un rayonnement. A la différence de monsieur Bodian, moi je suis un acteur du mouvement qui connais la vérité de la gestion d’une collectivité locale. Une commune n’a que trois sources où elle peut trouver de l’argent: les fonds propres (impôts et taxes payés par les populations), les transferts de l’État (fonds de concours et fonds de dotation), les partenariats. Il se trouve que la rubrique subvention aux ASC n’est et ne doit être financée que par les ressources propres de la commune s’il y en a. Il faut rappeler que les fonds de dotations sont des appuis que l’État fait aux communes. Seulement, l’État en envoyant ces montant, vous envoie en même temps un document pour vous dire à quoi doivent servir chasue franc de ces fonds de dotation. Le préfet et le payeur du trésor reçoivent une copie du document. Ces dépenses autorisées ne concernent souvent que le fonctionnement des services de l’État et quelques actions propriétaires. On dit que ces fonds sont dédiés. Le maire ne saurait en faire un usage différents de celui pour lequel il est dédié; le préfet qui approuve et le payeur qui paye ne l’accepteront pas car ils sont des fonctionnaires et doivent veiller à la régularité des dépenses. Jamais, jamais et jamais vous ne verrez un document autorisant un maire à utiliser des fonds que l’État met à sa disposition sous forme de fonds de dotation pour subventionner des ASC. Autrement dit, les subventions aux ASC ne sont pas éligibles aux fonds de dotation. Si jamais un maire décide de subventionner des ASC, il doit lui-même trouver les moyens. Il se trouve qu’à Bignona, en dehors des “diouty ” au marché et à la gare routière, la commune n’a aucune autre ressource propre. Ces moyens propres sont tellement limités que c’est à peine qu’ils permettent mensuellement de payer les salaires des agents. Je dois témoigner que le maire à régulièrement pris de sa poche pour subventionner des ASC ou pour organiser la coupe du maire courue par les ASC tellement les récompenses sont intéressantes. Je peux être d’accord avec la fin de la publication de monsieur Bodian demandant au maire de chercher partout même à la présidence pour satisfaire les ASC de sa commune, mais il faut dire que ce ton tranche d’avec le début de la publication qui sonne comme une attaque, voir une accusation. Le maire avait dit il y a cinq ans, qu’au regard des ASC qui naissent chaque année et des ressources propres de la commune très limitées, il serait difficile de maintenir la subvention aux ASC qui d’ailleurs sont classées parmi les dépenses non obligatoires dans la nomenclature de la comptabilité publique. C’est à dire que le maire à souvent voulu faire des subventions et le payeur, chargé du respect des principes budgétaires, dit non car vos ressources ne couvrant pas vos dépenses obligatoires, vous ne saurez engager des dépenses non obligatoires. C’est d’ailleurs cette priorisation dans la liquidation des engagements au niveau du trésor qui a souvent retardé les subventions des amicales d’étudiants au points qu’une année, nous avions vécu des saccages suivis d’interpellations. A l’époque, certains dirigeants du mouvement navetane de Bignona avaient proposé l’exclusion des ASC de Tenghory de la subvention pour régler le problème de la pléthore. Le maire avait dit non. Il avait dit que si les ressources propres de la commune ne suffisaient pas pour y inclure des subventions pour tous, il faut arrêter pour tout le monde. A sa place, monsieur Bodian ne ferait pas mieux car la plus belle femme au monde ne peut donner que ce quelle a. Il est facile de se mettre à côté pour critiquer mais la réalité de la gestion est tout autre. L’année dernière, le maire de Bignona a été le seul à trouver toutes les six équipes de sa commune qualifiées en phase départementale à Ouonck pour leur donner chacune 100 mille francs d’appui, les soulageant fortement ainsi. Vous ne verrez aucune trace de ces montants dans le bilan financier de la commune car seul le maire sait où avait-il trouvé cet argent. Ce qui est sûr, c’est que ce n’est pas l’argent de la commune. Je rappelle que j’ai jugé nécessaire d’écrire ces lignes pas pour polémiquer mais pour faire des précisions par devoir d’informer juste et vrai ceux qui me liront avec la raison et non ceux qui me liront avec la passion”.