“En Casamance, l’emploi des jeunes se résume à la conduite de moto-taxis jakarta malgré toutes les potentialités économiques que regorge cette région”. Propos du président du mouvement politique J’Aime le Sénégal (JAS). Moulaye Camara déplore l’échec des pouvoirs publics dans le sud du pays malgré la présence sur place des instruments de l’Etat à l’image du FONGIP, du PAPEJ, et de l’ANPEJ. Le président du mouvement JAS, candidat à la candidature de l’élection présidentielle de 2019, était à Ziguinchor dans le cadre de la campagne de collecte de parrains.