À Bignona, nombreux sont des paysans qui constatent depuis quelques l’envahissement d’insectes dans leurs champs. Un envahissement qui n’est sans conséquence pour leurs cultures.

“Nous avons constaté une attaque de la chenille légionnaire qui est entrain de faire des ravages sur le maïs” alerte le patron du GIE Karambénor, Ibrahima Sané.

Le constat est amer pour certains pays qui à ce jour n’ont que leurs yeux pour constater les dégâts. Les insectes ravagent tout sur leur passage. Les dégâts sont énormes surtout pour les paysans qui ont cultivé du maïs.

Ces attaques surviennent au moment où le service départemental de l’agriculture de Bignona ne dispose d’aucun produit Phyto devant servir de pulvérisation des champs en cas d’attaque du genre.

“Nous avons contacté le service départemental de l’agriculture de Bignona qui dise n’avoir pas de produits phyto pour le traitement. Les responsables disent n’avoir pas reçu de dotation depuis 4 ans de la part de la DPV”, a révélé Ibrahima Sané, responsable du GIE Karambénor.

Face à cette situation, un autre moyen est utilisé pour pulveriser les champs. Vous n’allez pas le croire, mais c’est pourtant ça. Le produit dont nous faisons allusion issu est bien les bouillons que nous mangeons tous les jours, matin et soir. “Nous avons reçu le conseil d’un ami qui nous a demandé d’utiliser un bouillon bien réputé au Sénégal pour pulveriser nos champs. Et c’est que nous avons fait pour sauver notre production”, dixit M. Sané.

Ibrahima Sané s’est, dans la foulée, offusqué du mauvais traitement des paysans de la Casamance qui selon lui n’ont pas bénéficié des tracteurs de l’État comme les autres du reste du pays. Il tient responsable le ministre de l’agriculture de toute mauvaise campagne agricole en Casamance.