Entre le président Macky Sall et le député-maire Abdoulaye Baldé, c’est comme un tableau du théâtre grec, avec ses scènes typiques dont la toute dernière est le remaniement ministériel du 1er novembre 2020. C’est l’avis de Siré Sy, consultant en géopolitique et Relations Publiques. D’après lui, à la veille de ce remaniement, le président Macky Sall avait longuement reçu en audience, le député-maire dont l’épouse, faudrait-il encore le rappeler, est la fille aînée de Macky Gassama dont Macky Sall porte le prénom.

Jour-j de la lecture de la liste…

“Le jour-j de la lecture de la liste des membres du nouveau gouvernement, à 15h, le député-maire Abdoulaye Baldé, était sur la liste et son nom y figurait comme ministre du Pétrole et des Énergies. A 16h, à la lecture du communiqué officiel portant nomination des nouveaux membres du gouvernement, le nom d’Abdoulaye Baldé a sauté. A la place d’Abdoulaye Baldé comme ministre du Pétrole et des Énergies, ce fut une nomination de Sophie Gladima”, révèle Siré Sy.

Mamouth Saleh, épaulé par Benoit Sambou, ont fini de tellement manœuvrer…

Selon le Spécialiste des Relations publiques, dans l’intervalle, en une heure de temps, Mamouth Saleh, épaulé par Benoit Sambou, ont fini de tellement manœuvrer qu’ils ont mis le président Macky Sall dans un embarras digne du théâtre grec, envers un allié poids lourd (UCS) et d’une importance stratégique (Ziguinchor) et non moins ami personnel (comme un beau-frère).

Electorat de la région de Ziguinchor…

Pour lui, Abdoulaye Baldé et son parti l’UCS (Union des centristes du Sénégal), à Ziguinchor, pesaient 50% de l’électorat de la région de Ziguinchor. En 2019, à la suite de son renoncement, lui et son parti l’UCS, à se présenter comme candidat à la présidentielle de 2019 et de finalement choisir de soutenir la candidature du président Macky Sall, Abdoulaye Baldé et l’UCS ont perdu 20% de leur électorat de la région de Ziguinchor, au profit du président Ousmane Sonko de Pastef. Et comme en politique, tout leader se doit d’avoir et de consolider jour après jour sa base électorale pour ne pas dire son fief politique, Abdoulaye Baldé aurait passé presque toute l’année 2020 à Ziguinchor (5 mois d’affilé disent les ziguinchorois) pour reconquérir sa base politique, électorale et affective, dont la manifestation de cette reconquête semble être le congrès de la coordination communale de l’UCS/Ziguinchor.

Ni Benoît Sambou, ni Doudou Ka… ne peuvent détrôner Baldé à Ziguinchor

“Il semblerait que cette stratégie aurait payé, car les deux derniers sondages réalisés par des Américains et par la présidence de la République, créditent un taux de 53% de l’électorat de la région de Ziguinchor en faveur d’Abdoulaye Baldé et de son parti. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle le président Macky Sall et son parti l’APR, après avoir combattu politiquement et à la régulière Abdoulaye Baldé et l’UCS à Ziguinchor, se sont rendus compte que ni Benoît Sambou, ni Doudou Ka, ni Angélique Manga, ni Aissatou Assome Diatta, réunis et en coalition, ne peuvent détrôner Abdoulaye Baldé dans la région de Ziguinchor”, déclare Siré Sy

Source: senego