Toutes organisations non-gouvernementale et structures membres de la société civile  ainsi que les bailleurs qui interviennent en Casamance doivent rendre compte de leur gestion. L’avis est du coordonnateur national du forum civil. Birahim Seck appelle à la transparence surtout dans la gestion du conflit armé en Casamance. Il prenait part, au Cap-Skiring, à une rencontre des organisations de la société civile sur la paix dans le sud du pays.