Le collectif des animateurs polyvalents des cases des tout-petits du département de Bignona ont entamé ce jeudi une grève de la faim illimitée. Au nombre de 40, ces jeunes intellectuels qui assurent l’éducation des enfants dans les cases des tout-petits du département de Bignona se sont retrouvés au siège du sels (syndicat des enseignants livres du Sénégal) de Bignona sis au quartier Château d’eau où ils observent leur grève de la faim.

Ces animateurs polyvalents des cases des tout-petits de Bignona dénoncent les lenteurs injustifiées notées dans la publication de la liste de la COHORTE des animateurs polyvalents devant subir la formation. Selon Mamadou Saliou Diallo, porte-parole du collectif des animateurs polyvalents des cases des tout-petits du Sénégal, lui et ses collègues ne sont pas considérés par les autorités. “Nous sommes de jeunes sénégalais qui avons décidé de travailler dans les cases des tout-petits. Depuis 07 à 09 ans, nous courons derrière notre formation. Et pire, pendant tout ce temps, nous n’avons pas bénéficié de salaire. Nous travaillons dans le bénévolat pendant toutes ces années. Vous imaginez combien de fois c’est difficile”, révèle M. Diallo, joint au téléphone par la rédaction de Bignonainfo.net.

Cette décision des animateurs polyvalents des cases des tout-petits du département de Bignona survient quelques semaines après l’annonce du chef de l’État sur le recrutement de 5.000 enseignants sur le territoire national.

Les animateurs polyvalents des cases des tout-petits du département de Bignona exigent la publication sans délai de leur liste et la tenue de leur formation. “Tout ce que nous demandons, c’est qu’on nous dise quand nous entamerons notre formation et la publication de la liste de tous nos collègues qui participeront à cette formation”, fait-il savoir.