L’Institut supérieur d’enseignement professionnel (ISEP) de Bignona a
affiché un taux de réussite de 100% aux examens de l’année académique 2019-2020 dans les trois filières enseignées dans cette jeune institution universitaire, un grand motif de satisfaction, malgré de
nombreuses difficultés liées au démarrage tardif des enseignements, l’indisponibilité des locaux, le manque de moyens logistiques, etc.

Ibou Diédhiou, le directeur des études a fait le point du déroulement de l’année académique 2019-2020, en insistant sur les difficultés rencontrées, avant de dégager des perspectives pour la rentrée universitaire 2020-2021.

Il a rappelé que l’ISEP de Bignona a travaillé cette année dans un
contexte marquée par la crise sanitaire liée à la maladie du Covid-19,
avec son lot de contraintes et de difficultés de conduite des activités pédagogiques.

Le démarrage des cours était initialement prévu le 6 avril 2020, mais
il avait été différé en raison des mesures prises par le gouvernement
pour freiner la propagation du nouveau coronavirus dans le pays.

Mais le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de
l’Innovation avait donné des instructions pour le maintien de
certaines activités pédagogiques en ligne dans les établissements
d’enseignement supérieur.

Le directeur des études a souligné que l’ISEP de Bignona n’avait pas
les moyens pour dérouler les cours en ligne à cause du manque de
formation de son personnel, même si la tutelle avait fait beaucoup
d’efforts pour accompagner les enseignants.

C’est ainsi  que l’Université virtuelle du Sénégal (UVS) avait
participé à la formation des formateurs de l’ISEP de Bignona et
l’Université Assane de Ziguinchor quant à elle appuyait notre
institution à travers sa plateforme.

Ces appuis ont permis à l’ISEP de Bignona de dérouler plusieurs
activités pour préparer ses formateurs aux cours en ligne. Et au mois
de juillet 2020, des cours en ligne ont été dispensés aux apprenants,
en dépit de nombreuses contraintes liées à l’absence d’outils
nécessaires (ordinateurs, tablettes, téléphones, etc.,) pour la
plupart des apprenants. Un effort important a été fait par le MESRI
pour doter tous les apprenants  de l’ISEP de tablettes, ce qui a
permis d’améliorer considérablement les activités en ligne.

Les responsables de l’institution ont essayé de corriger autant que
possible les disparités entre les apprenants en les regroupant par
groupe WhatsApp pour réaliser plusieurs heures de cours en ligne.

‘’Nous avons fait quelques  cours en ligne essentiellement des cours
magistraux ; mais il restait les travaux pratiques en présentiel parce
qu’ils représentent environ 75% du crédit horaire pour former des
entrepreneurs au bout de deux ans ’’, a rappelé M. Diédhiou.

A l’ISEP de Bignona, les activités pédagogiques en présentiel ont
démarré le 1er septembre 2020 avec trois filières (Gestion d’unité de
transformation agro-alimentaire (GUTA), Gestion, exploitation
agro-forestière (GEA), Energies renouvelables et productions
durables(ERPD).

Concernant les effectifs, la  filière GUTA comptait 28 apprenants (19
filles et 9 garçons), la filière GEA 19 apprenants (9 filles et 11
garçons) et la filière ERPD comptait 25 apprenants (10 filles et 15
garçons), soit un total de 72 apprenants dont 51% de filles. ‘’C’est
un très bon signe pour booster l’entreprenariat à travers les
femmes’’, s’est félicité le directeur des études.

Les cours ont pris fin le 13 février 2020, soit un total de cinq mois
½ d’activités pédagogiques, ce qui a permis à la direction de l’ISEP
de dérouler tout le programme dans les trois filières. Concernant les
résultats des apprenants, environ cinq d’entre eux dans chaque filière
devraient faire la remédiation. Ils ont tous fini par valider leurs
Unités d’enseignement et d’apprentissage (UEA), ce qui donne 100% de
passage en classe supérieure, ‘’un grand motif de satisfaction’’,
selon Ibou Diédhiou.

Par rapport aux difficultés, nous pouvons relever l’indisponibilité
des locaux pour dispenser des cours aux apprenants, ce qui a amené la
direction à disséminer les classes dans la ville, posant un réel
problème de coordination.

De même, il s’y ajoute le manque de moyens logistiques, comme le bus
pour le déplacement des apprenants dans les entreprises, le retard
noté dans la signature de conventions de partenariats avec les
entreprises locales et la non réception des équipements à cause des
lenteurs notées dans le processus de passations de marchés ainsi que
les difficultés dans l’utilisation des vacataires.

Malgré toutes ces difficultés et contraintes, l’ISEP de Bignona a pu
terminer l’année académique 2019-2020 dans des conditions acceptables.
Plus de 100 nouveaux bacheliers sont attendues pour la rentrée
universitaire 2020-2021 et les inscriptions ont démarré depuis deux
mois.